Print Mail Pdf
24
mars
2016

Célébration du Jeudi Saint à Castelnuovo di Porto

Le Jeudi Saint, le pape François se rendra à Castelnuovo di Porto pour passer du temps avec les jeunes réfugiés du centre d’accueil pour les demandeurs d’asile. Ce sera un geste simple mais éloquent. La visite sera suivie de la célébration du rite du lavement des pieds par le pape à douze d’entre eux, en signe de service et d’attention envers leurs conditions.

Au cours de l’audience jubilaire de samedi dernier, le pape François en commentant ce geste du lavement des pieds a dit : « En lavant les pieds des apôtres, Jésus a voulu révéler la manière d’agir de Dieu à notre égard, et donner l’exemple de son « commandement nouveau » de nous aimer les uns les autres comme Il nous a aimés, c’est-à-dire en donnant sa vie pour nous ». Et il a ensuite précisé : « L’amour est donc le service concret que nous rendons les uns aux autres. L’amour n’est pas fait de mots, mais d’œuvres et de service ; un service humble, fait dans le silence et dans le secret … c’est un style de vie que Dieu suggère également à de nombreuses personnes non chrétiennes, comme voie d’authentique humanité ».

A la lumière de ces considérations il est possible de comprendre la valeur symbolique que le pape François entend donner à sa visite au centre de Castelnuovo di Porto et au fait de se baisser pour laver les pieds des réfugiés. Il veut nous dire qu’il est nécessaire d’accorder aujourd’hui aux plus faibles la juste attention et que nous sommes tous appelés à leur rendre leur dignité sans recourir à des subterfuges. Il nous pousse à regarder vers Pâques avec les yeux de ceux qui font de leur foi une vie vécue au service de ceux qui portent imprimés sur leur visage les signes de la souffrance et de la violence.

Nombre de ces jeunes ne sont pas catholiques. Le geste du Pape François devient donc encore plus éloquent. Il indique le chemin du respect comme la voie royale vers la paix. Respect, dans sa valeur sémantique, signifie se rendre compte qu’il y a une autre personne à côté de moi. Une personne qui marche avec moi, souffre avec moi, se réjouit avec moi. Une personne sur qui, un jour, compter pour recevoir de l’aide. En lavant les pieds aux réfugiés, le pape François appelle au respect pour chacun d’eux.

Circonvallazione della Protezione Civile, Castelnuovo di Porto (RM), Italie