Print Mail Pdf
27
mai
2016

Jubilé des Diacres

27 mai 2016 - 29 mai 2016 (Termin in Kalender eintragen)

Piazza San Pietro

Vendredi 27 mai

À partir de 16h00

Rencontre entre les Diacres et leurs familles par groupes linguistiques

Le Diacre : Icône de la miséricorde pour la promotion de la nouvelle évangélisation:

1.Dans la Famille

2.Dans la Mission pastorale

3.Dans le monde du travail

 

Samedi 28 mai

De 9h00 à 14h00

Pèlerinage vers la Porte Sainte par groupes linguistiques

10h00 Anglais

11h00 Espagnol

11h30 Autres langues

12h00 Italien

 

De 9h00 à 14h00

Dans les Églises jubilaires : S. Salvatore in Lauro, S. Maria in Vallicella (Chiesa Nuova), S. Giovanni Battista dei Fiorentini

Adoration Eucharistique

Sacrement de la réconciliation

Possibilité de visiter les églises dédiées à Saint Laurent

 

 16h00

Catéchèse par groupes linguistiques

Le Diacre : Appelé à s’occuper de la Charité dans la vie de la communauté chrétienne

 

Dimanche 29 mai

10h30

Messe avec le Saint-Père sur la Place Saint-Pierre

 

 

Print Mail Pdf

Informations importantes concernant la participation au Jubilé des diacres

 

 

Chers amis,

 

            nous nous réjouissons de votre participation au prochain Jubilé des diacres, qui aura lieu à Rome du 27 au 29 mai. Nous vous transmettons quelques indications  pratiques importantes :

 

1.      Lors de votre arrivée à Rome, le responsable de chaque groupe et la personne qui s'est inscrite individuellement, devront confirmer personnellement la présence de son groupe au Jubilé des diacres auprès du Centre d’Accueil des pèlerins,  Via della Conciliazione 7, aux jours et horaires suivants : du mercredi 25 mai au samedi 28 mai, de 7h30 à 18h30, en présentant le voucher qui sera envoyé quelques jours avant. 

 

2.      TOUS LES DIACRES DEVRONT PRESENTER UN DOCUMENT ATTESTANT LEUR STATUT DIACONAL. S’AGISSANT DES GROUPES, SEUL LE  RESPONSABLE DEVRA PRESENTER LEDIT DOCUMENT. S‘IL N’EST PAS DIACRE, IL VIENDRA ETRE ACCOMPAGNĖ D’UN DIACRE. Le responsable recevra, pour chaque membre de son groupe, y compris les épouses et les membres de la famille : A) le PASS officiel, nécessaire pour participer aux différents moments, et sur lequel sera aussi indiquée l’Eglise de référence correspond à votre langue (N.B. pour des motifs de sécurité, le PASS devra être porté durant tous les événements programmés); B) le billet pour accéder à la place Saint-Pierre, pour la messe du dimanche 29 mai, également pour les épouses et les membres de la famille. C) Le livret contenant le programme officiel, la liste de toutes les églises où se dérouleront les rencontres; et la description des églises dédiées à saint Laurent; Le matériel énuméré aux points A)-B)-C) sera donné aussi aux personnes inscrites individuellement. Au moment de retirer le matériel, chaque responsable peut verser une contribution de solidarité de 10 euros pour chaque participant, au-dessus de l’âge de 16 ans.

 

3.      Pour ceux qui se sont inscris seulement pour la messe du dimanche 29 Mai, il n’est pas demandé de contribution de solidarité. Les billets pourront être retirés gratuitement auprès du Centre d’Accueil des pèlerins, le dimanche matin aussi à partir de 7h30.

 

4.      Le premier moment de la rencontre aura lieu vendredi 27 mai, à 16h00. Tous les participants se réuniront dans les diverses églises, indiquées sur le PASS officiel selon les langues, pour réfléchir sur le thème : Le diacre : image de la Miséricorde pour la promotion de la nouvelle évangélisation.

 

Les églises sont :

-          pour les groupes italiens

a.   Chiesa di S. Maria in Vallicella [Chiesa Nuova] (Piazza della Chiesa Nuova)

b.   Basilica di Sant’ Andrea della Valle (Corso Vittorio Emanuele II – angolo Piazza Vidoni, 6)

-          pour les groupes anglophones

a.    Basilica di S. Maria sopra Minerva (Piazza della Minerva, 42)

b.    Basilica di S. Giovanni Battista dei Fiorentini (Piazza dell’Oro, 1)

-          pour les groupes hispanophones

a.    Basilica di S. Marco Evangelista al Campidoglio (Piazza di San Marco, 48 – di fianco a Palazzo Venezia)

N.B. Pour tous les participants de la langue allemande et portugaise, les traductions seront données dans la basilique de Santa Maria sopra Minerva, soit durant la rencontre du vendredi 27 mai, à 16h00, soit durant la catéchèse du samedi 28 mai, à 16h00. 

 

5.      La matinée du samedi 28 mai, de 9h00 à 14h00, tous les participants effectueront le pèlerinage vers la Porte Sainte de la Basilique de Saint-Pierre, selon les horaires indiqués sur le programme en différents groupes linguistiques.

Dans le même temps, les participants pourront visiter librement les trois églises jubilaires dans lesquelles seront proposées la confession sacramentelle et l’adoration eucharistique.

Les églises jubilaires sont

-          Chiesa di S. Salvatore in Lauro (Piazza di San Salvatore in Lauro, 15)

-          Chiesa di S. Maria in Vallicella [Chiesa Nuova] (Piazza della Chiesa Nuova)

-          Basilica di S. Giovanni Battista dei Fiorentini (Piazza dell’Oro, 1)

Tous les participants sont invités à se rendre en pèlerinage dans les églises dédiées à Saint Laurent, indiquées sur le livret.

 

6.      Samedi 28 mai après-midi, à 16h00, les diacres avec leur famille se réuniront pour écouter la catéchèse dans l’église où ils sont allés la veille, comme indiqué sur le PASS.

Le groupe français pourra participer à 16h30 à la messe dans l’église del Gesù ( piazza del Gesù). A la fin de la célébration, sera proposée la catéchèse toujours en langue française. 

 

7.      La messe sera célébrée par le Saint-Père dimanche 29 mai, à 10h30, place saint-Pierre. Chaque diacre devra porter sa propre aube et l’étole jubilaire précédemment retirée par le Responsable du groupe auprès du Centre d’Accueil des pèlerins (Cf. n.2). Il est demandé à chaque diacre, portant sur lui le billet spécial pour la messe, d’entrer au Vatican à 7h45, par l’entrée Saint-Pierre situé place del Sant’Uffizio (en regardant la Basilique de Saint-Pierre, c’est l’entrée qui se trouve du côté gauche de la Colonne du Bernin, surveillé par deux Gardes Suisses en grand uniforme). De là vous devrez vous diriger vers l’entrée de la Salle Paul VI (la Salle des audiences du Pape) pour revêtir les habits liturgiques.

N.B.  DU FAIT QUE LES DIACRES DEVRONT PASSER PAR LES PORTIQUES DE CONTROLE, IL EST ABSOLUMENT NECESSAIRE QUE TOUS ARRIVENT AVANT 7h45 POUR ENTRER ENSEMBLE AU VATICAN.

Tous les diacres, habillés pour la liturgie, entreront ensemble place Saint-Pierre pour prendre les places qui leurs sont réservées. Les épouses et les membres de la famille, devront se présenter, munis de leur propre billet, à partir de 7h30, aux portes d’entrée de la place Saint-Pierre où, après avoir effectué les contrôles de sécurité, ils seront dirigés vers le lieu qui leur est réservé.

 

Pour toute autre information, s’adresser au Centre  d’Accueil des pèlerins. 

 

 

HOMÉLIE DU PAPE FRANÇOIS

Place Saint-Pierre 
Dimanche 29 mai 2016

 

« Serviteur du Christ » (Gal 1, 10). Nous avons entendu cette expression, par laquelle l’apôtre Paul se définit, en écrivant aux Galates. Au début de la lettre il s’était présenté comme « apôtre », par volonté du Seigneur Jésus (cf. Gal 1, 1). Les deux termes, apôtre et serviteur, vont ensemble, ils ne peuvent jamais être séparés ; ce sont comme deux faces d’une même médaille : celui qui annonce Jésus est appelé à servir et celui qui sert annonce Jésus.

Le Seigneur nous l’a montré le premier : Lui, la Parole du Père, Lui, qui nous a apporté la bonne nouvelle (Is 61, 1), Lui, qui est en lui-même la bonne nouvelle (cf. Lc 4, 18), il s’est fait notre serviteur (Ph 2, 7), « il n’est pas venu pour être servi mais pour servir » (Mc 10, 45). «  Il s’est fait le diacre de tous », a écrit un Père de l’Église (Saint Polycarpe, Ad Phil. V, 2). Comme il a fait Lui, ainsi nous sommes appelés à être ses annonciateurs. Le disciple de Jésus ne peut aller sur un chemin différent de celui du Maître, mais s’il veut annoncer il doit l’imiter, comme a fait Paul : aspirer à devenir serviteur. En d’autres termes, si évangéliser est la mission confiée à chaque chrétien dans le baptême, servir est le style avec lequel vivre la mission, l’unique manière d’être disciple de Jésus. Est son témoin celui qui fait comme Lui : celui qui sert les frères et les sœurs, sans se lasser du Christ humble, sans se lasser de la vie chrétienne qui est vie de service.

Par où commencer pour devenir « serviteurs bons et fidèles » (cf. Mt 25, 21) ? Comme premier pas, nous sommes invités à vivre ladisponibilité. Le serviteur apprend chaque jour à se détacher du fait de disposer de tout pour soi et de disposer de soi comme il veut. Il s’entraîne chaque matin à donner sa vie, à penser que chaque jour ne sera pas le sien, mais sera à vivre comme une remise de soi. Celui qui sert, en effet, n’est pas un gardien jaloux de son propre temps, au contraire il renonce à être le patron de sa propre journée. Il sait que le temps qu’il vit ne lui appartient pas, mais que c’est un don qu’il reçoit de Dieu pour l’offrir à son tour : seulement ainsi il portera vraiment du fruit. Celui qui sert n’est pas esclave de l’agenda qu’il établit, mais docile de cœur, il est disponible à ce qui est non programmé : prêt pour le frère et ouvert à l’imprévu, qui ne manque jamais et est souvent la surprise quotidienne de Dieu. Le serviteur est ouvert à la surprise, aux surprises quotidiennes de Dieu. Le serviteur sait ouvrir les portes de son temps et de ses espaces à celui qui est proche et aussi à celui qui frappe en dehors des horaires, au risque d’interrompre quelque chose qui lui plaît ou le repos qu’il mérite. Le serviteur néglige les horaires. Cela me fait mal au cœur quand je vois un horaire, dans les paroisses : « De telle heure à telle heure ». Et ensuite ? Il n’y a pas de porte ouverte, il n’y a pas de prêtre, il n’y a pas de diacre, il n’y a pas de laïc qui reçoit les gens… Cela fait mal. Négliger les horaires : avoir ce courage, de négliger les horaires. Ainsi, chers diacres, en vivant dans la disponibilité, votre service sera privé de tout profit et évangéliquement fécond.

L’Évangile d’aujourd’hui nous parle aussi de service, nous montrant deux serviteurs dont nous pouvons tirer de précieux enseignements : le serviteur du centurion, qui est guéri par Jésus, et le centurion lui-même, au service de l’empereur. Les paroles que celui-ci envoie rapporter à Jésus, afin qu’il ne vienne pas jusque chez lui sont surprenantes et sont souvent le contraire de nos prières : « Seigneur, ne prends-pas cette peine, car je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit » (Lc 7,6) ; « je ne me suis pas autorisé moi-même à venir te trouver » (v. 7) ; « moi, je suis quelqu’un de subordonné à une autorité » (v. 8). Devant ces paroles, Jésus reste admiratif. La grande humilité du centurion, sa douceur, le frappent. Et la douceur est une des vertus des diacres. Quand le diacre est doux, il est serviteur et il ne joue pas à « singer » les prêtres, non, il est doux. Devant le problème qui l’affligeait, il aurait pu s’agiter et prétendre à être exaucé, faisant valoir son autorité ; il aurait pu convaincre avec insistance, même contraindre Jésus à se rendre dans sa maison. Au contraire il se fait petit, discret, doux, il n’élève pas la voix, et ne veut pas déranger. Il se comporte, peut-être sans le savoir, selon le style de Dieu, qui est « doux et humble de cœur » (Mt 11, 29). Dieu en effet, qui est amour, va par amour jusqu’à nous servir : avec nous il est patient, bienveillant, toujours prêt et bien disposé, il souffre pour nos erreurs et cherche le chemin pour nous aider et nous rendre meilleurs. Là sont aussi les traits doux et humbles du service chrétien, qui est d’imiter Dieu en servant les autres : les accueillant avec un amour patient, les comprenant sans nous lasser, faisant en sorte qu’ils se sentent accueillis, à la maison, dans la communauté ecclésiale, où ce n’est pas celui qui commande qui est grand mais celui qui sert (cf. Lc22, 26). Et jamais réprimander, jamais. Ainsi, chers diacres, dans la douceur, murira votre vocation de ministres de la charité.

Après l’apôtre Paul et le centurion, dans les lectures d’aujourd’hui, il y a un troisième serviteur, celui qui est guéri par Jésus. Dans le récit on dit qu’il était très cher à son patron et qu’il était malade, mais on ne sait pas quelle était sa grave maladie (v. 2). D’une certaine façon, nous pouvons nous aussi nous reconnaître dans ce serviteur. Chacun de nous est très cher à Dieu, aimé et choisi par lui et il est appelé à servir, mais il a surtout besoin d’être guéri intérieurement. Pour être aptes au service, il nous faut la santé du cœur : un cœur guéri par Dieu, qui se sente pardonné et qui ne soit ni fermé ni dur. Cela nous fera du bien de prier avec confiance chaque jour pour cela, demander d’être guéris par Jésus, de lui ressembler lui qui « ne nous appelle plus serviteurs mais amis » (cf. Jn 15, 15). Chers diacres, vous pouvez demander chaque jour cette grâce dans la prière, dans une prière où présenter vos peines, vos imprévus, vos fatigues et vos espérances : une prière vraie, qui porte la vie au Seigneur et le Seigneur dans la vie. Et quand vous servez à la table eucharistique, vous y trouverez la présence de Jésus, qui se donne à vous afin que vous vous donniez aux autres.

Ainsi, disponibles dans la vie, doux de cœur et en dialogue constant avec Jésus, vous n’aurez pas peur d’être serviteurs du Christ, de rencontrer et de caresser la chair du Seigneur dans les pauvres d’aujourd’hui.

 

 

Photogallery


Piazza San Pietro

Piazza San Pietro, Città del Vaticano, Cité du Vatican