Print Mail Pdf
12
mars
2016

Audiences jubilaires

Place Saint Pierre

Pour satisfaire les demandes qui parviendront des diocèses et des mouvements, le Saint-Père concède des audiences jubilaires spéciales qui auront lieu le samedi.

JUBILÉ EXTRAORDINAIRE DE LA MISÉRICORDE

PAPE FRANÇOIS

AUDIENCE JUBILAIRE

Samedi 12 mars 2016

[Multimédia]

 

 

Chers frères et sœurs, bonjour !

Nous nous approchons de la fête de Pâques, mystère central de notre foi. L’Évangile de Jean — comme nous l’avons entendu — raconte qu’avant de mourir et de ressusciter pour nous, Jésus a accompli un geste qui s’est gravé dans la mémoire de ses disciples : le lavement des pieds. Un geste inattendu et bouleversant, au point que Pierre ne voulait pas l’accepter. Je voudrais m’arrêter sur les paroles finales de Jésus : « Comprenez-vous ce que je vous ai fait ? [...] Si donc je vous ai lavé les pieds, moi le Seigneur et le Maître, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres » (13, 12.14). De cette manière, Jésus indique à ses disciples le service comme le chemin à parcourir pour vivre la foi en Lui et donner témoignage de son amour. Jésus lui-même a appliqué à sa personne l’image du « Serviteur de Dieu » utilisée par le prophète Isaïe. Lui, qui est le Seigneur, se fait serviteur !

En lavant les pieds des apôtres, Jésus a voulu révéler la manière d’agir de Dieu à notre égard, et donner l’exemple de son « commandement nouveau » (Jn 13, 34) de nous aimer les uns les autres comme Il nous a aimés, c’est-à-dire en donnant sa vie pour nous. Jean lui-même l’écrit dans sa première Lettre : « À ceci nous avons connu l’Amour : celui-là a donné sa vie pour nous. Et nous devons, nous aussi, donner notre vie pour nos frères [...] Petits enfants, n’aimons ni de mots ni de langue, mais en actes et en vérité » (3, 16.18)

L’amour est donc le service concret que nous rendons les uns aux autres. L’amour n’est pas fait de mots, mais d’œuvres et de service ; un service humble, fait dans le silence et dans le secret, comme Jésus lui-même a dit : « Que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite » (Mt 6, 3). Il comporte de mettre à disposition les dons que l’Esprit Saint nous a accordés, pour que la communauté puisse croître (cf. 1 Co 12, 4-11). En outre, il s’exprime dans le partage des biens matériels, pour que personne ne soit dans le besoin. Le partage et le dévouement à ceux qui sont dans le besoin est un style de vie que Dieu suggère également à de nombreuses personnes non chrétiennes, comme voie d’authentique humanité.

En dernier, n’oublions pas qu’en lavant les pieds des disciples et en leur demandant de faire pareil, Jésus nous a invités également à confesser réciproquement nos manquements et à prier les uns pour les autres, afin de savoir nous pardonner de tout cœur. Dans ce sens, rappelons les paroles du saint évêque Augustin, quand il écrivait : « En effet, quand nous nous courbons corporellement jusqu’aux pieds de notre frère, le sentiment de l’humilité s’éveille dans notre cœur, et s’il y était déjà, il s’y fortifie. [...] Pardonnons-nous donc mutuellement nos offenses, et prions réciproquement pour nos fautes : ainsi nous laverons-nous en quelque manière et mutuellement les pieds » (In Joh 58, 4-5). L’amour, la charité est le service, aider les autres, servir les autres. Il y a tant de gens qui passent leur vie ainsi, au service des autres. La semaine dernière, j’ai reçu la lettre d’une personne qui me remerciait pour l’année de la miséricorde ; elle me demandait de prier pour elle, pour pouvoir être plus proche du Seigneur. La vie de cette personne consiste à soigner sa mère et son frère : sa mère est alitée, âgée, lucide mais elle ne peut plus bouger et son frère, porteur de handicap, est sur un fauteuil roulant. Cette personne, sa vie, est servir, aider. C’est cela l’amour ! Quand tu t’oublies toi-même et que tu penses aux autres, c’est de l’amour ! Et avec le lavement des pieds, le Seigneur nous enseigne à être des serviteurs, encore plus: des esclaves, comme il a été esclave pour nous pour chacun de nous.

Chers frères et sœurs, être miséricordieux comme le Père signifie donc suivre Jésus sur la voie du service. Merci.

 

J’accueille avec plaisir les personnes de langue française, en particulier les pèlerins venus de France, de Suisse et de Côte d’Ivoire. Je vous invite à vous souvenir qu’être miséricordieux comme le Père, signifie suivre Jésus sur le chemin du service. À tous je souhaite une bonne montée vers Pâques !

 

 

Photogallery


Place Saint Pierre

Piazza San Pietro, Città del Vaticano, Cité du Vatican